RETOUR
PROJET 37 : topos-architecture

CENTRE INDUSTRIEL DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE  RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE – MONTOIR-DE-BRETAGNE (44)

CENTRE INDUSTRIEL DE LA RÉALITÉ VIRTUELLE  RÉGION DES PAYS DE LA LOIRE – MONTOIR-DE-BRETAGNE (44)

La Région des Pays de la Loire a confié à l’agence d’architecture TOPOS la réalisation du Centre Industriel de Réalité Virtuelle (CIRV).
Situé à Montoir de Bretagne, au cœur de la Métropole industrielle Nantes/Saint-Nazaire, cet équipement, du fait de son caractère collaboratif, est le premier en son genre en Europe. Il concrétise la volonté de la Région de se positionner comme référence nationale et internationale dans le domaine de la réalité virtuelle.

Industriel, mais de haute technologie
Il s’agit d’un programme tout à fait innovant à destination des designers des entreprises leaders de la Région. L’évolution informatique de la 3D permet aujourd’hui une immersion complète dans un monde virtuel. L’équipement doit permettre aux industriels de simuler les conditions futures de l’utilisation de leurs produits et donc aux designers d’anticiper l’usage et l’environnement des outils de fabrication (industries aéronautiques, automobiles, navales…).
L’activité du CIRV est organisée autour d’un outil de très haute technologie : un « CAVE 5 faces », une salle immersive, dont les murs, sol, et plafond sont des écrans stéréoscopiques de très haute définition, pour une immersion très réaliste dans un univers 3D. La salle immersive est accompagnée de toutes les utilités nécessaires pour créer un environnement propice à l’innovation (salle de réunions, murs de réalité virtuelle (CAD Walls), espaces collaboratifs, salle de maquette, convivialité…).
Le CIRV constitue une plateforme dédiée à l’innovation pour les industriels des Pays de la Loire.

Un plan très simple
Le travail architectural de l’agence TOPOS a consisté à rendre simple un programme complexe, du fait de sa haute technologie et de son fonctionnement.
Très lisible pour les occupants et les visiteurs, le bâtiment s’organise de part et d’autre d’une circulation centrale et traversante, largement éclairée naturellement, avec un escalier à chaque extrémité :
• d’un côté, un bloc « Espace de vie » aux murs blancs, est consacré aux bureaux et aux salles de réunion,
• de l’autre, un bloc « Espace technique » plus vaste, d’intérieur noir, se divise en deux salles ; l’une d’elles accueillant la salle immersive dédiée aux travaux de réalité virtuelle. Le choix du noir correspond à la mise en valeur, quasi muséographique, des objets à étudier et de l’univers secret et encore magique de la réalité virtuelle.


Une façade « tirée à quatre épingles »
Le principe de la double peau exprime aussi l’intention de faire simple.
A partir de tôles d’inox perforées standard, l’agence TOPOS a voulu travailler l’image d’un produit industriel. Par la précision apportée à la réalisation de la façade, les architectes ont retranscrit l’exigence qui est celle des technologies du virtuel : tout doit y être parfaitement ajusté. Ainsi, le calepinage des tôles perforées s’accorde exactement aux dimensions de la façade, sans découpe. Aucune tôle d’adaptation n’a été posée, que ce soit sur les arêtes du bâtiment, autour des châssis, ou en acrotère. De cette façon, la silhouette du bâtiment s’impose par sa netteté et son design.

Refléter les lumières de l’Estuaire
La profondeur qui émane de la double peau perforée et les reflets de l’inox font écho à l’immatérialité de la réalité virtuelle et révèlent de plus la lumière magnifiquement changeante de l’estuaire de la Loire.

Bioclimatique, économe… et réutilisable
La question du développement durable a été abordée sous l’angle de l’obsolescence du programme : si la technologie de la réalité virtuelle évolue et se démocratise, que deviendra le projet ?
 Nous avons conçu une stratégie de recyclage du bâtiment et imaginé une évolution possible du projet vers un Centre de Formation thématique, toujours adapté aux activités industrielles environnantes.
En effet, l’univers de la haute technologie évoluant très rapidement, il est prudent d’imaginer une seconde vie à ce type d’équipement. Dès lors, afin de faciliter l’éventuelle  reconversion du bâtiment au moindre coût, plusieurs dispositions ont été prises :
• des frangements ont été réalisés dans les murs de béton aveugles pour anticiper un éclairage naturel de tous les espaces,
• la distribution a été pensée pour pouvoir accueillir un effectif plus important,
• le hall d’accueil traversant laisse la possibilité d’une extension future.

 

De plus, selon un process maintenant plus habituel, l’application des principes bioclimatiques (orientation, lumière naturelle, protections solaires…) a permis de limiter les besoins énergétiques. Par ailleurs, le choix de la structure béton comme système constructif, la forme compacte du bâtiment, les vitrages performants et l’étanchéité à l’air garantissent une bonne inertie thermique. 

Lieu : Zone de Cadréan à Montoir de Bretagne (44) / Surface : 1 524 m² / Maître d’ouvrage : Région des Pays de la Loire / Maître d’ouvrage délégué : Agence Régionale – Pays de la Loire Territoires d’innovation / Architectes : Topos Architecture / Ingénierie : Astec Ingénierie, Topo Concept, Impact Acoustic / Entreprises : Charier TP, Dacquin, Drouin Cattoni, SEO Atlantique, Girard Hervouet, AMCI, Sermat, Agasse, Nantes Volutique Aménagement, Jugeur Atlantique, Degano, Ricordel, ABH, Hervé Thermique, AM3I Fluides, Juret / Début mission : Concours juin 2011 / Début des travaux : avril 2013 / Fin des travaux : juillet 2014 / Coût : 3 119 760 € H.T.