RETOUR
MAISON DE LA PETITE ENFANCE – MAYENNE : topos-architecture

MAISON DE LA PETITE ENFANCE – VILLE DE MAYENNE (53) – CONCOURS LAURÉAT – 13/04/2010








MAISON DE LA PETITE ENFANCE – VILLE DE MAYENNE (53) – CONCOURS LAURÉAT – 13/04/2010

Il s’agit d’un concours d’architecture lancé par la Ville de Mayenne, pour construire un équipement public municipal comprenant des locaux pour accueillir la petite enfance. Le projet fait l’objet d’une certification BBC Effinergie.

PROJET URBAIN
• Nous avons souhaité tout d’abord un bâtiment urbain, intégré dans le tissu environnant, trait d’union entre le centre ville et le nouveau quartier de la gare. L’entrée principale de la Maison de la petite enfance se situe sur la rue de la Madeleine, lieu du flux principal tourné vers le centre ville de Mayenne. Le bâtiment, d’un seul niveau, offre une image d’équipement public unitaire dans son traitement. Un soin particulier a été apporté à la perception des façades à RDC, tantôt protectrices pour les enfants, tantôt perméables au regard par des effets de filtres et de patios.
• Le jardin (800 m2), véritable pièce extérieure privative de la Maison de la petite enfance constitue une transition douce et végétalisée avec le Parc public et la liaison piétonne du projet gare. La limite entre le jardin et le parc a fait l’objet d’un soin particulier : elle sera constituée de lames de bois à claire-voie dans la continuité des façades (H150), et doublée d’une haie arbustive.

PROJET ARCHITECTURAL
• Nous avons imaginé une architecture douce et accueillante pour les enfants, pour les parents, mais aussi pour les puéricultrices (-eurs). L’univers est celui de l’hospitalité domestique : présence du bois à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur, accueil et parties communes conviviaux, toiture partiellement à double pente, lumière naturelle omniprésente, végétalisation généreuse, …
• L’accueil commence dehors : un débord de toiture devant la porte d’entrée permet de recevoir, et de prolonger à l’abri les rencontres informelles entre les usagers. L’utilisation du bois en façade (bardage à claire-voie) permet de donner une unité à l’ensemble bâtiment / clôture et donne la tonalité « écocitoyenne », valeur transversale du projet de la Maison de la petite enfance de Mayenne. Les claires-voies seront partiellement obturées par des pièces de bois complémentaires de façon à dessiner un motif floral en façade, qui, lui aussi, contribuera à donner une ambiance douce et attentionnée, à l’image de la place que donne la collectivité à ses enfants.
• L’ambiance intérieure est marquée par l’omniprésence de la lumière naturelle. Quatre patios viennent rythmer les espaces communs et permettent également de profiter d’une végétalisation abondante. Les circulations sont traitées comme des lieux de rencontre conviviaux.• Les préoccupations environnementales ont généré une réflexion sur l’inertie du bâtiment afin d’assurer un confort d’été sans faille. Pour cette raison, les éléments de structure sont en béton (poteaux, plancher, couverture, murs de refend). L’enveloppe très isolée (ép 30 cm) est composée de panneaux à ossature bois préfabriqué. Le bois utilisé en bardage est le mélèze français, exempt de traitement.

PROJET FONCTIONNEL
• Nous avons imaginé les scénarios de vie de l’équipement : le parcours des parents le matin, l’accueil des petits, les conversations entre adultes dans le hall, les moments de pause des puericultrices (-eurs), les jeux dans le jardin, la cohabitation entre les petits et les « grands », la livraison des repas, les conditions de travail du personnel, les préoccupations sécuritaires, etc …
• Le fonctionnement s’organise simplement en trois zones : 1, Les espaces servants (administration, personnel, cuisine, utilités,…), – 2,Les espaces communs et leurs patios, 3, Les espaces « familles » (salles de vie, salles d’activités, salles de changes, salles de repos)
• Sur ces trois zones, se superpose une circulation en anneau, généreusement dimensionnée et baignée de lumière naturelle, venant apporter la fluidité qui convient, pour les différents usages qu’elle abrite (déshabillage, lieu de vie et d’accueil pour les fêtes les jours de pluie, liaison simple vers l’extérieur etc…). Quatre patios et trois salles communes (jardins « petits » et « grands », salle de motricité) assurent la transition .
• Les salles de vie sont organisées en grands volumes simples de manière à pouvoir être configurées de différentes manière. Elles possèdent chacune deux chambres divisibles et un espace change qui sert de tampon acoustique et relationnel avec l’espace de vie. (Chaque enfant qui sort de la chambre passe par l’espace change). Toutes les chambres sont éclairées et peuvent être ventilées naturellement (certaines possèdent un chassis de toit antibruit, avec volet roulant). Chaque espace « famille » a un accès direct au jardin et possède son propre préau. Le jardin est partagé entre engazonnement et sol souple destiné aux jeux des enfants. On peut faire le tour du jardin à l’abri en passant sous le préau et la galerie.
• Un petit parking urbain « dépose-minute », à proximité directe de l’entrée, est situé légèrement en retrait de la rue de la madeleine. Il permet d’accueillir 10 places larges, pratiques pour « débarquer » les enfants lorsque les portières sont ouvertes. Un autre parking de 15 places est dédié au personnel. Il se glisse sous le bâtiment en profitant de la déclivité naturelle du terrain, et permet de dissimuler les véhicules, pour rendre la ville plus belle. L’accueil des vélos, tant pour les usagers que pour le personnel n’a pas été oublié. Une cour de services sécurisée permet de répondre à toutes les utilités du bâtiment sans perturber son fonctionnement. Cette cour peut accueillir 4 véhicules supplémentaires. 

PROJET ENVIRONNEMENTAL
• Il s’agit d’un bâtiment emblématique sur le plan environnemental. Dans le prolongement du projet éducatif de la Maison de la petite enfance, il transmet symboliquement aux enfants les valeurs de notre époque : respect de l’environnement, autonomie, intégration, ouverture,…Nous avons, en effet, pensé le bâtiment comme pouvant être lui-même un support au projet éducatif, en mettant en valeur les principaux enjeux environnementaux (énergie, eau, matériaux, bio-diversité,…).
• Une stratégie « Bâtiment Très Basse Consommation » : La première étape tient dans la conception d’un bâtiment bioclimatique, compact, et dans la définition concrète des matériaux et méthodes nécessaires pour atteindre l’excellence de l’enveloppe (épaisseur d’isolation, performance des vitrages, étanchéité à l’air, inertie, etc…) puis ceux nécessaires au confort d’été (ratio de clair, toiture végétalisée, ventilation naturelle, protections solaires, inertie, etc…)
• Cette stratégie, éprouvée, est garante de confort, de simplicité de mise en œuvre et de fonctionnement, et, in fine, d’économies d’énergie. Nous avons réalisé un calcul thermique réglementaire sur notre esquisse afin d’obtenir un ordre de grandeur des futures consommations : avec 36 kWhep/m2/an (soit RT2012 – 28%), le bâtiment satisfait aux pré-requis de la certification BBC-Effinergie, mais également Passiv’Haus ou Minergie.
• L’approche bioclimatique validée, nous avons conçu des systèmes simples, économes et en adéquation avec notre architecture et les futurs usagers (planchers chauffants, ventilation mécanique double-flux, éclairage s’adaptant à la lumière naturelle etc.). Enfin, nous avons donné une part centrale aux énergies renouvelables (chaudière bois, ECS solaire, production d’électricité photovoltaïque). Réduction des besoins, systèmes simples, et sources d’énergies pérennes et locale : cette approche garantit de plus la maîtrise des charges d’exploitation sur toute la durée de vie du bâtiment.
• Notre projet repose également sur une stratégie « zéro CO2 » : En face de chaque poste de consommations du bâtiment (chauffage, eau chaude sanitaire, ventilation, éclairage, auxiliaires), nous proposons une solution sobre en émission de C02 : 1, chauffage : énergie bois, – 2, eau chaude sanitaire : énergie bois + solaire thermique, – 3, ventilation : naturelle + électricité compensée par production photovoltaïque (non carbonnée), – 4, éclairage : naturel + électricité compensée par production photovoltaïque (non carbonnée), – 5, auxiliaires : électricité compensée par production photovoltaïque (non carbonnée).
• La qualité environnementale des matériaux employés et leurs durabilités ont été considérées avec un soin particulier. Nous avons veillé dans notre projet à recourir à des matériaux sains et écologiques :  modules bois en façades, isolation à base de fibres textiles recyclées, de fibres de bois, béton coulé en place, peintures éco-labélisées sans COV, linoléum naturel au sol, colles sans solvants, etc.
Enfin, ressource vitale à économiser au même titre que l’énergie, le cycle de l’eau a été pris en compte dans notre projet, notamment au travers d’une réduction des surfaces imperméables du projet. Toiture végétalisée sur le bâtiment et minimisation des revêtements étanches autour du bâtiment : le coefficient d’imperméabilisation de la parcelle a été maintenue en  dessous des 50%. 

SHON : 1296 m2  – 2295 k€ HT
TOPOS ARCHITECTURE – TOPOS ECO-ÉNERGIE – ASTEC INGÉNIERIE – SERDB