RETOUR
180 LOGEMENTS SOCIAUX– SAINT-NAZAIRE : topos-architecture

180 LOGEMENTS SOCIAUX – SILÈNE – LA VECQUERIE – SAINT-NAZAIRE (44) – CONCOURS 12/11/2009













 

180 LOGEMENTS SOCIAUX – SILÈNE – LA VECQUERIE – SAINT-NAZAIRE (44) – CONCOURS 12/11/2009

Il s’agit d’un concours « fleuve » lancé par Silène, bailleur social bien connu à Saint-Nazaire : éco-quartier, éco-construction, paysage, densification, industrialisation, coûts réduits : un exercice de style avec une équipe pluri-disciplinaire. Au total 180 logements sociaux, inscrits dans un site superbe, La Vecquerie, proche de la mer, projet qui constitue un enjeu majeur du développement de l’ouest de Saint-Nazaire.

Idée n°1 : Un projet urbain durable 
Il ne s’agit pas ici de créer un nouveau quartier, mais plutôt de prolonger la ville, d’offrir un territoire qui s’ancre dans son contexte immédiat, un quartier intimement relié par un maillage doux à son voisinage.
Le projet s’ouvre largement vers la ville et vers l’océan. Les bâtiments se glissent sur les courbes de niveaux du terrain, en terrasses, vers le sud, vers la zone boisée, vers la promenade qui mène aux plages. Il s’agit d’un projet dense (160 logements), conciliant les exigences du bien-vivre ensemble, préalable fondamental à l’élaboration d’une ville durable.

Idée n°2 : Un éco-quartier : « priorité au piéton »
L’agrément des habitants a été mis au centre du projet. En conséquence, tous les stationnements sont enterrés. Le maillage des voies s’organise autour d’une rue à circulation réduite, aménagée en plateau et reliant la rue de La Vecquerie à la route de Saint-Marc. Cette voie, accessible PMR, est réservée aux utilités techniques (déchets, déménagements, pompiers,…). Les chemins de dessertes sont dimensionnés (à plat le long des courbes de niveaux) pour les piétons, les poussettes, les personnes handicapées et les vélos.
Les espaces dégagés sont mis à profit pour créer des lieux de partage et d’échanges dans une ambiance de « parc habité », dans lequel les espaces extérieurs publics et privés s’interpénètrent. Les clôtures sont absentes remplacées par un travail sur les « plissés » du terrain, permettant d’accompagner les piétons sans les contraindre, d’orienter plutôt que défendre, d’inciter plutôt que d’interdire.

Idée n°3 : Un projet architectural durable
Dans la continuité du projet urbain, nous proposons un projet architectural qui s’appuie sur la qualité de vie des habitants. L’architecture de chaque bâtiment s’inspire notamment des potentialités du site pour offrir à chacun l’orientation au sud et la vue, soit sur la zone boisée, soit sur la mer. Chaque logement présentera ainsi une attractivité particulière.
• Les bâtiments les plus hauts (R+7 ponctuellement) offriront une vue magnifique sur l’océan à partir du 3ème étage. Les parties supérieures seront traitées comme des émergences d’un socle, plus bas, pour affiner les proportions des volumes. Des espaces en creux sur deux niveaux, intégrant une végétation généreuse, et disposés aléatoirement viendront souligner l’individualisation de chaque logement.
• Au cœur du projet, le bâtiment S3, d’une taille mesurée (R+5) constitue à la fois le pivot et le symbole de l’attachement à l’environnement du quartier. Ce bâtiment pourrait être transformé en l’adaptant facilement aux normes « énergie positive ». Sa singularité sera traduite par l’ossature extérieure des coursives, constituée de pièces de charpente en bois.
• Les maisons à ossature bois, conçue toutes sur le même modèle (variantes T4/T5), seront rendues chacune « particulière », par leur implantation sensible sur le terrain et l’ajout d’options « individualisantes» : auvent, jardin d’hiver,…
• Un programme complémentaire, expression de la mixité, stratégiquement placé à l’entrée du quartier, en RDC, traduira l’état d’esprit du quartier et offrira des possibilités supplémentaires (commerces, local pour une association de quartier, services auto-gérés, crèche, coopérative bio, locaux partagées,…). Cette surface de 190 m2 est incluse dans le prix des logements.

Idée n°4 : Un procédé constructif standard et polyvalent
Pour une industrialisation efficace : un seul système pour tous les logements :
1. Une structure-enveloppe mêlant isolation et inertie, à base de composants industrialisés en béton pour l’ossature, et de panneaux en bois pour les façades,
2. Une colonne vertébrale technique
3. Un système de « pod », module abritant toutes les fonctions techniques des logements : cuisine, salle de bains, WC, centre de distribution électrique, de chauffage et de ventilation. Entièrement réalisé en usine, selon un savoir-faire des cabines de la construction navale, le « pod » est branché sur la colonne vertébrale selon le principe « plug & play », supprimant ainsi toute intervention de second-œuvre sur le chantier.
Ce système permet la diversité architecturale, à laquelle nous attachons la plus grande importance. Le procédé constructif constitue la matière première du projet et non sa finalité.

Idée n°5 : La pérennité
Il n’y a pas d’architecture durable sans construction pérenne. Au fil du projet, nous nous sommes toujours demandé quelle image notre projet offrirait dans 40 ans.
Dans cet esprit, nous avons eu largement recours au béton : dalles, refends, coursives, terrasses,….
Les soubassements, et les poteaux des coursives des étages inférieurs, en béton préfabriqués, offriront une texture d’appareillage de briques blanches.
Les panneaux de façades à ossatures bois seront bardées de plaques de matériaux écologiques inaltérables, les garde-corps seront en acier galvanisé.

Idée n°6 : 27 m2 supplémentaires d’espace à vivre par logement
100% des logements sont traversants. En plus : un espace de 27 m2 supplémentaire, en moyenne, pour chaque logement pour mieux profiter du site (orienté au sud, avec vue sur la mer à partir du 3ème étage). Cette surface est incluse dans le prix.
Des persiennes en aluminium dans les parties inférieures, et des cadres vitrés coulissants dans les étages supérieurs (option) viendront protéger du soleil, de la pluie et du vent, les extensions-terrasses des logements.

Idée n°7 : Une performance BBC pour tous les logements, basée sur des principes bio-climatiques
Des logements basse consommation : les charges énergétiques représentent un budget de seulement 20 euros par mois, compris chauffage, ventilation, éclairage, eau chaude sanitaire. La performance BBC (46 kWh/m2/an) est obtenue davantage en appliquant des principes bio-climatiques, plutôt qu’en ayant recours à des systèmes techniques sophistiqués.
1. Solarisation maximum des bâtiments par une orientation Sud des pièces de vie
2. Volume chauffé = volume habitable (principe de coursives : toutes les circulations, compris ascenseurs sont extérieures).
3. Pas de ponts thermiques, continuité de l’isolation
4. Qualité des vitrages, étanchéité à l’air
5. Confort apporté par l’inertie
Une chaufferie bois collective pour l’ensemble du quartier permettrait d’atteindre une consommation encore plus performante de 38 kWh/m2/an, tout en réduisant l’empreinte CO2 du quartier (facteur 1 à 10 environ). 

Idée n°8 : Le respect de l’environnement comme état d’esprit
Le traitement paysager intègre la conservation, voire l’extension, de la biodiversité existante. 
Les aménagements opèrent la restitution après travaux du cycle naturel de l’eau.
En phase chantier, la gestion des déblais/remblais et terres végétales vise le « zéro déblai »,
Le principe d’industrialisation du bâti et du second œuvre permet comme  la diminution des déchets d’activité
La qualité écologique et sanitaire des matériaux a également orienté les choix
Enfin, la mise en scène, la valorisation, la pédagogie de ces préoccupations sont centrales dans notre projet, afin qu’elles soient transmises aux futurs habitants.  

Idée n°9 : Un projet de Nazairiens pour les Nazairiens
Ce projet est le fruit d’une synergie de 2 entreprises historiquement ancrées et attachées au bassin Nazairien : Lang et STX France Cabins. Il constitue une opportunité exceptionnelle de développer un savoir-faire original de préfabrication dans la construction de bâtiments. L’emploi local, au sein de l’ensemble de nos entreprises et de nos partenaires fournisseurs et sous traitants, sera, par conséquent, directement impacté.

Idée n°10 : Un coût travaux de 1196 € HT/m2 de surface utile
Ce prix inclut la performance BBC de chaque logement, une extension individuelle de 27 m2 environ d’espace à vivre, et 190 m2 d’espaces mutualisés dédiés à la vie de quartier. Les 173 places de stationnements enterrés représentent un montant de travaux de  1 507 000 € HT, compris dans le prix des logements.
Une chaufferie bois collective pour l’ensemble du quartier représenterait un investissement supplémentaire de 126 000 € HT, investissement qui pourrait être imaginé, comme dans d’autres éco-quartiers selon un montage de Délegation de Service Public.

SHON : 15 507 m2 – SHAB : 12 574 m2 – 14 780 € HT

TOPOS ARCHITECTURE + TOPOS ÉCO-ÉNERGIE – URBANISME ATELIER GRETHER
PAYSAGE PHYTOLAB – FLUIDES ELITHIS – STRUCTURES AREST – ÉTUDES VRD SOGREAH – ÉCONOMIE THÉBAULT – ACOUSTIQUE SERDB
ENTREPRISES LANG + STX FRANCE CABINS